Mort aux hypocrites eBook by Petros Markaris    La Mort sans visage  La confrérie des espadons par Gobinet


« Mort aux hypoctites » Pétros Markaris (Seuil cadre noir en librairie) Alors que le commissaire Charitos fête la naissance de son petit-fils, son bonheur est vite troublé par une série d’attaques à la bombe, qui l’obligent à mener une nouvelle enquête. Cette fois, le meurtre des six victimes est doublement mystérieux : loin d’être des crapules, elles sont des personnes fort appréciées, et quant aux attentats, ils sont revendiqués par une obscure « Armée des Idiots Nationaux » dont les motivations restent inexpliquées. Et si les morts n’étaient pas aussi respectables qu’ils en ont l’air ? S’ils avaient une face cachée moins reluisante ? Au cœur d’une société toujours en proie à la crise sous la férule de la Troïka, Charitos démasque les coupables mais découvre une vérité dérangeante. Traduit du grec par Hélène Zervas et Michel Volkovitch.


« Naître personne» Albert Likhanov. (La manufacture des livre, en librairie) Il y a d’abord cet orphelinat où grandissent ceux que les mères ne peuvent assumer et qu’elles viennent parfois voir, se présentant avec les maigres cadeaux qu’elles ont pu acheter. Les enfants y poussent jusqu’à leur majorité avant d’être livrés à la rue. Pour le jeune Koltcha, ce sera l’institut de mécanique et la promesse d’un avenir laborieux et peu glorieux. Mais, croisé au hasard d’une soirée arrosée, voilà qu’apparaît dans la vie de l’orphelin ce Valentin, charismatique gangster qui le prend sous son aile. Le destin de Koltcha prend alors une nouvelle couleur. Celle de l’argent facile et de l’aventure, du pouvoir et du mystère. Une destinée russe moderne et pleine de promesses.

Sous la plume d’Albert Likhanov, le témoignage anonyme d’un gangster russe aujourd’hui reconverti dans des activités licites, se fait récit d’initiation à la vie criminelle dans ces années 90 où les vagabonds pouvaient devenir millionnaires à la faveur de l’effondrement de l’URSS. Ouvrage réalisé avec le concours de l'Institut de la Traduction de Moscou.


« La mort sans visage » Kathy Reichs (Robert Laffont en librairie) Sale temps pour l’anthropologue médico-légale Temperance Brennan. Alors qu’elle se remet à peine d’une opération au cerveau, la voilà victime d’hallucinations de plus en plus angoissantes. Et lorsqu’elle reçoit une série de textos contenant des images d’un cadavre sans visage, elle perd pied. Comment identifier une victime dépourvue d’éléments d’identification quand rêve et réalité se confondent ?
Pourtant l’enquête progresse et plonge Tempe au cœur d’une conspiration effrayante...


« La confrérie des espadons  »Pierre Gobinet ( Seuil cadre noir en librairie ). Nash Gopler a posé le képi pour réaliser son rêve de devenir moniteur de plongée sous-marine avec son ami Daniel. Un jour, Gaspard, son ancien camarade de chambre à Saint-Cyr, lui propose de participer à une mission à Syracuse afin de découvrir les raisons du naufrage du porte-conteneurs Mare Nostrum.




  Heartbreak Hotel- Jonathan Kellerman - Livres - Le DéTour    Patiente


« Et si notre dame la nuit... » Catherine Bessonart. ( Éditions de l'Aube, en librairie) De la décapitation de neuf statues de Notre-Dame de Paris à celle de jeunes femmes innocentes, l’affaire est délicate. «Une intrigue subtilement ficelée… et Bompard est doté d’un inconscient si riche et si tourmenté qu’on peut lui prédire une longue série de nouvelles aventures. » Gérard Meudal.


«  Heartbreak Hotel » Jonathan Kellerman. ( Seuil cadre noir) en librairie. Né en 1949 à New York, Jonathan Kellerman partage son temps entre Los Angeles et le Nouveau-Mexique avec son épouse, la romancière Faye Kellerman. Psychologue clinicien de formation, il est l'auteur d'une quarantaine de thrillers psychologiques traduits en vingt-cinq langues, figurant régulièrement sur la liste des best-sellers du New York Times. Il est le père de Jesse Kellerman, auteur des Visages, avec qui il a signé Que la bête s'éveille, Que la bête s'échappe et Exhumation en 2018.


«  Meurtre à la pénitentiaire  » Sacha Vallantini. ( Le passeur éditeur, en librairie le 17 juin). Le grand patron de la pénitentiaire est retrouvé mort le lendemain de la spectaculaire évasion par hélicoptère du braqueur Yazid Boukhram. Suicide ? Le ministre de la Justice, secondé de son ambitieux directeur de cabinet, doit gérer la crise politico-médiatique. Si la police est convaincue de la piste criminelle, rien n’est plus ardu que d’enquêter dans le monde fermé des prisons, sauf à s’adjoindre une aide providentielle en interne. Des quartiers de détention aux couloirs feutrés de la chancellerie, deux directrices des services pénitentiaires semblent bien avoir leurs entrées !
Quand les bons et les mauvais ne sont plus ceux qu’on attend, l’intrigue se double d’une fable sur les fléaux actuels des démocraties : harcèlement, narcissisme et l’argent comme unique aiguillon moral. Une immersion inédite et fascinante menée tambour battant dans l’intimité des prisons et les coulisses des hiérarchies de pouvoir.

«  Patiente » Vincent Ortis. ( Robert Laffont, en librairie). La vérité se trouvait dans mon cerveau, mais je n'y avais pas accès. Toute la période qui précédait et suivait le suicide de ma fille avait disparu de ma mémoire. La cause en était le choc émotionnel. Or depuis peu, le coffre-fort dans mon cerveau se déverrouillait lentement. J’avais des flashs. Et avec eux surgissaient des questions qui m’épouvantaient. Ces visions, contradictoires comme de faux souvenirs, étaient-elles la conséquence de mon nouveau traitement, mêlant hypnose et médicaments ? Ou est-ce que je cachais au plus profond de moi des secrets intolérables ?


Les Yeux fermés    Son Espionne royale et l'héritier australien - Tome 7  Le crime d'une nuit d'été


« Les yeux fermés» Chris Bohjalian (Le cherche midi, en librairie) La disparition d’Annalee Ahlberg est inquiétante. Atteinte de somnambulisme, ce n’est pas la première fois que cette jeune mère bien sous tous rapports quitte sa maison au milieu de la nuit. Mais cette fois, elle n’est pas revenue. Lorsqu’on retrouve la chemise de nuit d’Annalee près d’une rivière, son mari Warren et ses deux filles se préparent au pire. Très vite cependant, des questions surgissent. Pourquoi n’était-elle atteinte de ses fameuses crises de somnambulisme que lorsque son mari était absent ? Où est le corps ? Si la vie d’Annalee semble soudain plus complexe et mystérieuse qu’au premier abord, il apparaît bientôt que les autres membres de la famille ont eux aussi des secrets et beaucoup de choses à se reprocher...


« La nuit n'existe pas » Angélo Petrella . (Philippe Rey Éditions, en librairie) L’inspecteur Denis Carbone se remet tant bien que mal de sa dernière enquête à Pausilippe, le quartier chic de Naples, et de ses blessures lorsque, peu avant Noël, il est appelé sur une nouvelle scène de crime. En découvrant le cadavre martyrisé d’une fillette nigériane, abandonné au fond d’un ravin, il est loin d’imaginer que cette affaire va peu à peu le ramener à un passé douloureux qu’il croyait avoir effacé de sa mémoire. Poursuivi par de vieux ennemis et par ses propres démons, dont son goût immodéré pour le whisky, il arpente une Naples nocturne, spectrale, aux allures de labyrinthe, où drogue, crime et corruption des puissants se mêlent aux rites vaudous des migrants africains. Alors que les habitants sont occupés par les fêtes de fin d’année, Denis, de plus en plus mélancolique et solitaire, s’enfonce dans une enquête qui reflète étrangement la recherche intérieure qu’il se voit obligé d’entreprendre. Coups de théâtre et coups du sort se multiplient ainsi pour composer un roman noir au rythme haletant.


« Son espionne royale et l'héritier Australien » Rhys Bowen (Robert Laffont en librairie)  Comté du Kent, Angleterre, 1934. Passer un smoking pour le dîner, utiliser une fourchette pour la viande, une autre pour le poisson… Franchement, quel intérêt à toutes ces simagrées ? C’est pourtant bien ce à quoi va devoir se plier Jack Altringham, héritier du duc d’Eynsford fraîchement débarqué d’Australie. Pour l’aider, une seule candidate, la charmante Georgie. Mais, dès son arrivée à Kingsdowne Place, dans le Kent, elle découvre que certains membres de la famille d’Eynsford se donnent beaucoup de mal pour mener la vie dure à son élève. Et quelques jours plus tard, le duc meurt poignardé. Aux yeux de tous, Jack est le suspect parfait. Sauf pour Georgie qui va tout faire pour démêler le faux du vrai entre petits secrets, rancune de classe et vengeance à froid…

« Le crime d'une nuit d'été  » Christian Jacq ( XO Editions en librairie ). Figure de la haute finance, belle et riche, Audrey Wani se sent terriblement seule. Elle décide d’inviter, le temps d’un week-end, six prétendants qu’elle soumettra à de rudes entretiens. Le nom du vainqueur sera connu le lundi matin. Mais, ce jour-là, elle n’apparaît pas… Vexés, les six hommes quittent le domaine. La gouvernante de l’ex-inspecteur Higgins – un proche voisin… – s’émeut de la disparition de la jeune femme. Pour le célèbre enquêteur, Audrey a été victime de l’un de ses invités. Problème?: l’assassin n’a laissé aucune trace de meurtre !

    Les Noyés du Clain 


« Frakas » Nicolas Cantaloube (Série noire Gallimard Nil en librairie) Paris, 1962. Luc Blanchard enquête sur un groupuscule soupçonné d’être un faux nez des services secrets, impliqué dans l’assassinat à Genève, deux ans plus tôt, d’un leader de l’Union des populations du Cameroun. Une piste conduit le jeune journaliste à Yaoundé, mais il met son nez où il ne devrait pas et devient la cible du gouvernement local et de ses conseillers de l’ombre français. Avec l’aide de son ami Antoine et d’un ancien barbouze, il va tenter de s’extraire de ce bourbier pour faire éclater la vérité. Frakas nous plonge dans un événement méconnu du début de la Ve République : la guerre du Cameroun, qui a fait des dizaines de milliers de morts dans la quasi-indifférence générale et donné naissance à ce qu’on appellera plus tard la « Françafrique ».

« Le cercle des rêveurs éveillés » Olivier Barde-Cabuçon (Série noire Gallimard en librairie) Paris 1926. Tournées vers les plaisirs et la fête, les années folles battent leur plein et Montparnasse est le nombril du monde. La mort suspecte d’un patient amène Alexandre Santaroga, psychanalyste atypique, à s’intéresser à un mystérieux cercle de rêveurs éveillés. La rencontre fortuite avec Varya, récemment échappée de la Russie bolchevique, lui permettra d’y enquêter. Mais Santaroga a-t-il introduit une brebis ou un loup au sein du cercle ? Surréaliste et adeptes du rêve éveillé, aventurière et artiste, Russes blancs ou Américain en goguette, Olivier Barde-Cabuçon donne vie à une galerie de personnages étonnants du Paris flamboyant de l’époque tandis qu’en coulisses se dessinent la montée du fascisme et la tentation de dangereuses alliances.

« Les noyés du Clain  » Thibaut Solano (La bête noire, Robert Laffont en librairie ). Simon, étudiant à la fac de Poitiers, entre comme pigiste à L’Écho, le journal local, pour payer ses études. Pendant des mois, il couvre les kermesses et les inaugurations. Jusqu’au jour où le corps d’un jeune homme est découvert dans le Clain, la rivière qui traverse la ville. Simon se lance avec passion dans l’enquête. Il interroge tous les témoins. Chacun y va de sa théorie sur les coupables : un gang de voleurs d’organes ou un tueur en série… Mais Simon découvre que plusieurs étudiants sont morts dans des circonstances étranges. Rites sacrificiels ? Jeux de rôle ou urbsex qui auraient mal tourné ?
Les légendes brouillent le réel, Simon ne peut plus démêler le vrai du faux. Et bientôt, on cherche à le faire taire.


   

«  L'heure des chiens  » Thomas Fecchio (Seuil cadre noir , en librairie). En l’espace d’un week-end, le quotidien de la ville de Soissons sombre dans le chaos. Les tombes musulmanes de la nécropole dédiée aux soldats de 14-18 sont atrocement profanées et de l’autre côté de la ville, Julia, en convalescence à la suite d’un accident traumatisant, trouve une main sauvagement coupée sur les berges de l’Aisne. L’adjudant Gomulka, gendarme désabusé et proche de la retraite, se voit confier ces deux enquêtes. Face à la violence et la noirceur de ces crimes, il ne s’opposera pas à ce que le lieutenant Delahaye, surnommé « la Machine », lui prête main forte. Au cœur d’une ville qui porte les stigmates du premier conflit mondial, les deux hommes vont devoir démêler l’écheveau de ces deux affaires, qui n’en formeront peut-être qu’une. « L’invasion s’arrête ici ».

« La forêt des disparus » Olivier Bal ( XO Editions en librairie ).« Dans cette forêt, tu peux toujours y entrer, mais tu n’en sortiras jamais… » Des murs d’arbres géants, séquoias millénaires qui se referment comme un piège. Des randonneurs qui disparaissent sans laisser de traces. Il ne fait pas bon traîner dans les bois de Redwoods, au bord du Pacifique, dans l’Oregon. Au cœur de cette forêt maudite, un homme vit isolé de tous. Ici, on l’appelle l’Étranger. En réalité, son nom est Paul Green, un ancien journaliste qui a connu son heure de gloire avec l’affaire Clara Miller. Un soir, une jeune adolescente, Charlie, vient frapper à sa porte. Elle est blessée, paniquée. Pour elle, Paul est le seul à pouvoir l’aider. Car là-bas, au milieu des arbres, Charlie a connu l’horreur…

«  Noir Diamant » Jean Huges Oppel ( La manufacture des livres, en librairie le 6 mai) Officier à la CIA, Lucy Chan a survécu à une explosion qui aurait dû lui être fatale. Comble de l’ironie, c’est l’agence qui l’emploie qui a décidé de cette frappe ciblée qui la condamnait. De quoi lui donner envie de passer pour morte et de disparaître. Mais il y a à la CIA une femme qui ne peut croire que Lucy soit une mortelle comme les autres. Son ancienne formatrice, Darby Owens, aujourd’hui sous-directrice à l’Agence, a bien l’intention de retrouver la jeune femme. Car un agent invisible, que tout le monde pense mort et qui ne figure plus dans aucun registre, peut parfois rendre des services inestimables. Justement, à la frontière franco-allemande, il faudrait aller voir ce qui se trame...


Celle que je suis   


« Celle que je suis » Claire Norton (Robert Laffont, Nil en librairie) Valentine vit dans une petite résidence d’une ville de province. Elle travaille à temps partiel au rayon librairie d’une grande surface culturelle. Les livres sont sa seule évasion ; son seul exutoire, le journal intime qu’elle cache dans le coffre à jouets de son fils. Et son seul bonheur, cet enfant, Nathan, qui vient de souffler ses six bougies. Pour le reste, Valentine vit dans la terreur qu’au moindre faux pas, la colère et la jalousie de son mari se reportent sur Nathan… L’arrivée d’un couple de voisins âgés dans l’appartement d’en face va complètement bouleverser sa vision du monde. Car comment résister à la bonté de Guy, qui se conduit avec Nathan comme le grand-père qu’il n’a jamais eu ? Comment refuser la tendresse de Suzette, cette femme si maternelle, elle qui a tant manqué de mère ? Peu à peu, Valentine se laisse apprivoiser. Jusqu’au jour où elle commet une minuscule imprudence aux conséquences dramatiques… Mais une chose change tout, désormais : elle n’est plus seule pour affronter son bourreau et reconstruire sa vie volée.

« La nuit n'existe pas » Angélo Petrella ( Éditions Philippe Rey , en libraire le 12 mai). L’inspecteur Denis Carbone se remet tant bien que mal de sa dernière enquête à Pausilippe, le quartier chic de Naples, et de ses blessures lorsque, peu avant Noël, il est appelé sur une nouvelle scène de crime. En découvrant le cadavre martyrisé d’une fillette nigériane, abandonné au fond d’un ravin, il est loin d’imaginer que cette affaire va peu à peu le ramener à un passé douloureux qu’il croyait avoir effacé de sa mémoire. Poursuivi par de vieux ennemis et par ses propres démons, dont son goût immodéré pour le whisky, il arpente une Naples nocturne, spectrale, aux allures de labyrinthe, où drogue, crime et corruption des puissants se mêlent aux rites vaudous des migrants africains. Alors que les habitants sont occupés par les fêtes de fin d’année, Denis, de plus en plus mélancolique et solitaire, s’enfonce dans une enquête qui reflète étrangement la recherche intérieure qu’il se voit obligé d’entreprendre. Coups de théâtre et coups du sort se multiplient ainsi pour composer un roman noir au rythme haletant.

« Le code de Katharina  » Jorn Lier Horst (Série noire Gallimard en librairie le 6 mai). Cela fait vingt-quatre ans que Katharina Haugen a disparu. Depuis, Wisting explore obstinément les archives de ce dossier non élucidé. Et personne n’a jamais pu déchiffrer ce qu’on appelle le code de Katharina : des chiffres, des lignes et une croix que la jeune femme avait griffonnés sur une feuille trouvée dans sa cuisine. L’ouverture d’une enquête sur son mari, Martin, suspecté d’avoir jadis été impliqué dans l’enlèvement de la fille d’un industriel milliardaire, laisse envisager un lien entre les deux affaires. Mais tout cela remonte à si longtemps… Wisting sera t-il capable d’arracher des aveux à un homme avec qui, sans être tout à fait son ami, il pratique parfois la pêche au lancer et à la foëne ?


     


« Ne me cherche pas demain » Adrian MCKINTY (Actes noirs, actes sud en librairie) 1983, Carrickfergus, près de Belfast, en plein conflit nord-irlandais. L’inspecteur Sean Duffy, l’un des rares catholiques au sein de la police royale d’Ulster, est radié sur la base de fausses accusations (en réalité pour avoir royalement emmerdé le FBI…). Au même moment, Dermot McCann, expert artificier de l’IRA et ancien camarade de classe de Duffy, s’évade de prison et devient la cible principale des services de renseignements britanniques.

« Tourbillon » Shelby Foote ( Gallimard, la noire en librairie ). À l’ouverture du procès de Luther Eustis, fermier quinquagénaire père de trois enfants, personne ne doute de sa culpabilité. Il reconnaît avoir garrotté Beulah Ross, fille facile qui l’a ensorcelé, avant de la jeter dans le lac Jordan, lestée de blocs de ciment. Au fil des débats, les voix de la victime, du greffier, du geôlier de la prison, du reporter local, d’un adolescent sourd-muet, de l’accusé, de son épouse et surtout de son avocat, éclairent ce drame rural sur lequel plane l’ombre de la Bible. La petite communauté du Mississippi va-t-elle, par la voix du jury, condamner le crime qui la renvoie à ses propres turpitudes et perversions ?

«  Faubourg Montmartre  » Yves Azéroual (Le passeur éditeur en librairie à partir du 1 avril) Faubourg Montmartre s’inspire de personnages réels : les frères Zemour, surnommés les « Z » par le Milieu. Cinq frères d’une famille juive d’Algérie dont la carrière criminelle a défrayé la chronique durant les années 1960, 70 et 80. L’aîné, Roland, s’installe à Paris, après-guerre. Proxénète, il est tué en 1947. Les quatre autres ? Théodore, William, Gilbert et Edgard ? débarquent en France et décident de le venger.
Comme leur aîné, ils succomberont à ce terrible virus qui fait tant de ravage chez les voyous : le flingage. Les « Z » n’hésitent pas à distribuer leur bonne parole à coups de 11,43. Dans leur ascension criminelle, ils sont rejoints par une femme, Catherine L., qui les secondera sans états d’âme jusqu’au point de rupture.

«  La chasse » Bernard Minier ( XO, en librairie le 1er avril) Sous le halo de la pleine lune, un cerf surgit de la forêt. L’animal a des yeux humains. Ce n’est pas une bête sauvage qui a été chassée dans les forêts de l’Ariège… Dans ce thriller implacable au final renversant, Bernard Minier s’empare des dérives de notre époque. Manipulations, violences, règlements de comptes, un roman d’une actualité brûlante sur les sentiers de la peur. Une enquête où Martin Servaz joue son honneur autant que sa peau.


Les ombres           Mousson froide


« Les ombres » Wojciech Chmielarz ( Agullo en librairie le 1er avril ). " Les années passent, mais la police polonaise ne change pas. Elle est toujours comme les trois singes. "
Dans ce dernier volet des aventures de l'inspecteur Mortka, le Kub règlera enfin ses comptes avec l'ombre maléfique qui plane sur Varsovie, le boss Borzestowski. Et pour ce faire, il devra faire le ménage parmi quelques collègues ripoux...
Récemment, le cadavre d'un gangster disparu dans des circonstances mystérieuses six ans plus tôt a été retrouvé par l'inspecteur Kochan, ex-partenaire d'enquêtes de Jacub Mortka, dit le Kub. Quelques jours plus tard, la femme et la fille du gangster sont retrouvées mortes, abattues avec l'arme de Kochan. Flic et mari violent, ce dernier ne trouve pas grand monde pour le défendre et décide de se planquer. Il appelle tout de même Mortka, qui ne croit pas à la culpabilité de son collègue et va donc s'efforcer de trouver la vérité en travaillant discrètement. Pendant ce temps, la Sèche, la jeune adjointe du Kub, découvre sur une clé USB la vidéo du viol collectif d'un jeune garçon où figurent des politiciens de haut rang. Si elle révèle ce film à sa hiérarchie, elle sait que l'affaire sera étouffée, vu la stature des hommes impliqués. Mortka et la Sèche décident de s'entraider – ils ne savent pas encore que leurs enquêtes sont liées et qu'ils feront face à la mort en essayant de résoudre ces crimes. Et au centre de tout, il y a Borzsestowski, le grand requin du crime organisé à Varsovie... Prix du meilleur polar de l'année en Pologne.


«  Leur âme au diable » Marin Ledun ( Série noire Gallimard, en librairie ). L’histoire commence le 28 juillet 1986 par le braquage, au Havre, de deux camions-citernes remplis d’ammoniac liquide destiné à une usine de cigarettes. 24 000 litres envolés, sept cadavres, une jeune femme disparue. Les OPJ Nora et Brun enquêtent. Vingt ans durant, des usines serbes aux travées de l’Assemblée nationale, des circuits mafieux italiens aux cabinets de consulting parisiens, ils vont traquer ceux dont le métier est de corrompre, manipuler, contourner les obstacles au fonctionnement de la machine à cash des cigarettiers. David Bartels, le lobbyiste mégalomane qui intrigue pour amener politiques et hauts fonctionnaires à servir les intérêts de European G. Tobacco. Anton Muller, son homme de main, exécuteur des basses œuvres. Sophie Calder, proxénète à la tête d’une société d’événementiel sportif. Ambition, corruption, violence. Sur la route de la nicotine, la guerre sera totale.


«  Mousson froide  » Dominique Sylvain ( Robert Laffont, Nil , en librairie à partir du 11 mars ). Séoul, 1997Un gangster accomplit une vengeance sanglante. Montréal, 2022Mark, un flic d’origine coréenne, Jade et Jindo, son labrador à l’odorat affûté, spécialisé dans la détection de mémoires électroniques, enquêtent sur un réseau pédopornographique. Alors que les premiers coupables de cette sombre affaire tombent, un mystérieux tueur ensanglante l’hiver montréalais. L’homme, insaisissable, redoutable, a croupi plus de deux décennies dans une prison coréenne. À peine libéré, il monte dans un avion, destination le Québec, déterminé à prendre la revanche qu’il fomente depuis des années. Dans la ville enneigée, l’assassin poursuit son passé…


Les enquêtes de l'Inspecteur Higgins : Le Monstre du Loch Ness        


« Le monstre du Loch Ness  » Christian Jacq ( Xo éditions, en librairie ). Lorsque deux cadavres sont découverts sur une rive du loch Ness, les médias se déchaînent : c’est bien le monstre, Nessie, qui a frappé ! Appelé à la rescousse, Higgins est brutalement plongé dans cet univers inquiétant. Puisqu’il est peu probable que Nessie soit l’auteur de ces deux meurtres, qui faut-il soupçonner ? Un pêcheur qui prétend avoir vu Nessie à plusieurs reprises ? Un libraire qui semble être aussi un mage noir ? Une jeune et belle mystique qui voue un culte à cette créature ? Higgins ne devra pas oublier une vérité fondamentale : un monstre peut en cacher un autre…

«  Cinquante trois présages  » Cloé Mehdi ( Seuil cadre noir, en librairie). Depuis quelques décennies, une nouvelle forme de divinité s’est révélée au monde : la Multitude. Près de Cherbourg, Raylee est la Désignée du dieu Dix-Neuf, choisie entre les humains pour lui servir de canal de communication. Un fardeau plutôt qu’une bénédiction, et qui s’accompagne de symptômes épuisants. Au Bureau des prières d’Europe de l’Ouest, elle reçoit des personnes en quête de sens mais semble elle-même dépassée face à la complexité de la Multitude. D’autant que depuis peu, elle est la cible principale des membres de l’Observatoire, une police dédiée aux conflits avec les divinités : il semblerait que tous les criminels présumés qui s'approchent de Raylee disparaissent sans laisser de traces…Il est temps pour le lieutenant Hassan Bechry d’infiltrer le Bureau des prières et de découvrir ce qu’il s’y prépare.

«L'ami des ombres » Alex North ( Le seuil collection cadre noir en librairie). Et si votre meilleur ami était votre pire cauchemar ? Le meurtre commis par le jeune Charlie hante la petite ville de Gritten. Paul, ami du tueur et de la victime, y revient 25 ans plus tard, appelé au chevet de sa mère. Mais la mort violente d'un adolescent réveille chez Paul ses pires cauchemars. L'histoire se répète. Pourtant Charlie n'est plus là, Charlie est mort.  Alors quelle est cette ombre qui rôde dans la forêt toute proche ?

«  Poursuite » Joyce Carol Oates ( Editions Philippe Rey en librairie ). De son enfance, Abby garde le souvenir de nuits tourmentées, habitées par un cauchemar récurrent : un champ peuplé d’ossements humains dans lequel elle erre à l’infini. Aujourd’hui Abby a vingt ans et, tandis qu’elle pensait avoir vaincu ses démons, son mariage imminent ravive l’affreux cauchemar. Moins de vingt-quatre heures après la cérémonie, Abby s’engage sur la chaussée et se fait renverser par un bus. Accident ou résultat d’un geste prémédité ? C’est ce qu’essaie de déterminer son mari, Willem, alors qu’un troublant faisceau d’indices se présente à lui : quelle est donc cette marque rouge autour du poignet droit d’Abby ? Pourquoi se réveille-t-elle en hurlant chaque nuit ? De confession en confession, Abby partage avec Willem ce qu’elle n’a jamais avoué à personne : l’histoire de Nicola, sa mère perpétuellement terrifiée, et de Lew, son père jaloux, violent, vétéran de la guerre d’Irak, accro à toutes sortes de drogues. Entre les deux, une fillette prise en étau…


      La Part du démon


« Les divinités » Parker Bilal  » ( Série Noire Gallimard , en librairie ). Howard Thwaite, promoteur immobilier arrogant et influent, a lancé à Battersea, face à la Tamise, la construction d’un complexe d’appartements de luxe. À l’aube, arrivé sur le site avant l’embauche des travailleurs clandestins, le gardien kurde découvre au fond d’une vaste excavation deux corps ensevelis sous un monceau de pierres. L’épouse du promoteur et un collectionneur d’art, citoyen français d’origine japonaise, sont identifiés. Le sergent Khal Drake, musulman, enquête, flanqué contre son gré d’une psychologue anglo-iranienne, Ray Crane. Ni l’un ni l’autre ne sont blancs. Crane songe à la lapidation, châtiment prévu par la charia. Drake lorgne du côté de la cité multiraciale de Freetown et de l’incendie d’une mosquée jadis synagogue. Sur fond de tensions communautaires et d’argent nouveau venu d’ailleurs, Bilal dresse le portrait cinglant d’une société anglaise divisée, aux repères traditionnels brouillés.

«  Dr.B  » Daniel Birnbaum ( Editions Gallimard, NRF, en librairie). Dans un grenier à Stockholm, Daniel Birnbaum trouve des documents ayant appartenu à son grand-père Immanuel qui dévoilent l’incroyable histoire de ce journaliste, connu par son nom de plume « Dr B », qui arrive en Suède comme réfugié au début de la Guerre. Fils du cantor de la synagogue de Königsberg, converti au protestantisme, condisciple de Walter Benjamin, il a fui le nazisme en 1933 pour être correspondant de journaux de langue allemande en Europe. À l’automne 1939, la capitale suédoise est au centre de négociations diplomatiques intenses, et Immanuel est aspiré dans un monde de double jeu. D’un côté, il travaille pour la maison d’édition Fischer repliée à Stockholm, et aide des espions britanniques à diffuser de la propagande en Allemagne. Mais, d’un autre côté, dans une lettre rédigée à l’encre sympathique, il dévoile à de mystérieux correspondants allemands le plan anglais de faire sauter le port d’Öxelösund par lequel transite une partie du minerai de fer nécessaire aux industries de guerre allemandes. Cette action devait forcer la Suède neutre à entrer en guerre. La lettre est interceptée et Immanuel est arrêté par les autorités suédoises.


«  Résine » Anne Riel ( Le seuil collection cadre noir en librairie le 4 mars). Une presqu’île, aux confins d’un pays du Nord. C’est là que vit la famille Haarder, dans un isolement total. Jens a hérité de son père la passion des arbres, et surtout du liquide précieux qui coule dans leurs veines – la résine, aux capacités de préservation étonnantes. Alors que le malheur ne cesse de frapper à la porte des Haarder, Jens, obsédé par l’idée de protéger sa famille contre le monde extérieur qui n’est pour lui que danger et hostilité, va peu à peu se barricader, bâtir autour de la maison une véritable forteresse, composée d’un capharnaüm d’objets trouvés ou mis au rebut, et séquestrer sa femme et sa fille. Du fond de la benne où il l’a confinée, Liv observe son père sombrer dans la folie – mais l’amour aveugle qu’elle lui porte va faire d’elle la complice de ses actes de plus en plus barbares, jusqu’au point de non-retour.

«  La part du démon » Mathieu Lecerf ( Robert Laffo,nt, Nil en librairie le 4 mars). Une religieuse sauvagement assassinée et mutilée, à Paris, ça n’arrive jamais. Pourtant, c’est la première affaire du lieutenant Esperanza Doloria à son arrivée au 36, rue du Bastion. Au couvent où enquêtent Esperanza et le capitaine Manuel de Almeida, la religieuse est décrite comme un ange. Et qui voudrait tuer un ange ? Mais un mystère plane autour d’elle. À l’orphelinat où elle enseignait, les enfants semblent terrorisés... Certains prétendent même subir de terrifiantes expériences médicales. Disent-ils la vérité ou sont-ils manipulés ? Esperanza se jette corps et âme dans cette enquête. Manuel, lui, est persuadé que seuls le sang-froid et la raison permettront de la résoudre. Se trompe-t-il ? Le grand patron de la brigade criminelle en est convaincu. Et bientôt Esperanza se retrouvera seule face à un complot démoniaque que le diable lui-même renierait...


  Sa dernière chance   


« Les chiens de Pasvik » Olivier Truc . (Métailié en librairie le 11 mars ). Ruoššabáhkat, « chaleur russe », c’est comme ça qu’on appelait ce vent-là. Ruoššabáhkat, c’est un peu l’histoire de la vie de Piera, éleveur de rennes sami dans la vallée de Pasvik, sur les rives de l’océan Arctique. Mystérieuse langue de terre qui s’écoule le long de la rivière frontière, entre Norvège et Russie. Deux mondes s’y sont affrontés dans la guerre, maintenant ils s’observent, s’épient. La frontière ? Une invention d’humains. Des rennes norvégiens passent côté russe. C’est l’incident diplomatique. Police des rennes, gardes-frontières du FSB, le grand jeu. Qui dérape. Alors surgissent les chiens de Pasvik. Mafieux russes, petits trafiquants, douaniers suspects, éleveurs sami nostalgiques, politiciens sans scrupules, adolescentes insupportables et chiens perdus se croisent dans cette quatrième enquête de la police des rennes. Elle marque les retrouvailles – mouvementées – de Klemet et Nina aux confins de la Laponie, là où l’odeur des pâturages perdus donne le vertige.

« Sa dernière chance » Armel Job (Robert Laffont, Nil). À trente-neuf ans, Élise, célibataire, vit dans la famille de sa sœur, gynécologue réputée, et de son beau-frère, agent immobilier. Elle tient la maison, s’occupe des quatre enfants du foyer, et son existence s’écoule ainsi, dans une espèce de rythme immuable : depuis toujours, Élise vit dans l’ombre de sa sœur. Aux yeux de l’extérieur, elle passe pour une femme fragile, d’une timidité maladive, incapable de se débrouiller seule. Tout à coup, elle se met en quête d’un homme sur Internet – et c’est le grain de sable qui va enrayer la mécanique parfaitement huilée de cette famille de notables. Mais quelle mouche a donc piqué Élise ? Personne ne comprend. Elle affirme qu’elle a envie de vivre, c’est tout. Et qu’aucune mise en garde, aucun chantage, aucune menace ne la fera renoncer au type charmant, un antiquaire, qu’elle vient de rencontrer.

« Erectus, l'armée de Darwin  » Xavier Müller ( XO , en librairie le 18 février. ) Ils croyaient tous le cauchemar derrière eux : après avoir transformé une partie de l’humanité en hommes préhistoriques, le virus Kruger avait fini par s’éteindre. Sept ans après, le monde tremble à nouveau. Les erectus, que l’on croyait stériles, se reproduisent dans les réserves. Chaque jour, des dizaines d’entre eux sont assassinés. d’autres disparaissent… Qui se cache derrière ces opérations meurtrières ? Au Kenya, Anna Meunier, une chercheuse française, tente de protéger Yann, son compagnon transformé en préhistorique. Pour elle, les erectus sont nos ancêtres, pas des bêtes sauvages… La menace, pourtant, est là. Terrifiante. Une organisation secrète est à l’origine d’une nouvelle vague de contaminations. pire : elle se livre à des captures dans les réserves afin de récupérer les facultés extraordinaires des erectus. Son objectif : fabriquer une nouvelle espèce humaine, aux pouvoirs décuplés, qui contrôlerait la planète. Pour le monde entier, le début d’un combat dantesque…

«  Petite Louve » Marie Van Moere. ( La manufacture de livres, en librairie le 4 mars) La Corse. C’est là qu’Agathe va fuir après avoir entassé dans sa voiture leurs bagages et annoncé à sa fille qu’elles allaient prendre quelques jours de vacances. Cette chirurgienne sans histoire vient de rendre la justice elle-même. L’homme qui avait agressé sa fille, détruit l’équilibre de leurs vies,  a été relâché, et elle lui a réglé son compte, définitivement. Mais ce type au casier déjà bien chargé, avait lui aussi une famille qui a l’intention de rendre les coups. Sur les routes de Corse s’engage alors une traque à mort où les femmes et leurs poursuivants se feront tantôt proies, tantôt prédateurs. 


      Memory

« Le loup dans la bergerie » Fabio Mitchelli. ( La bête noire, Robert Laffont, en librairie).

À mille mètres d'altitude au-dessus de Grasse s'étend le plateau de Caussols, lunaire et envoûtant. En son coeur : la bergerie de Jean-Michel Auban, accusé de cannibalisme et désormais sous les verrous. La première fois qu'il s'y rend, Samuel Steiner, qui est pourtant un commandant de police aguerri, est saisi de vertige. Car la bergerie a été le théâtre d'horreurs indicibles et de nombreux corps y seraient enterrés, dont celui de son père.
Pour comprendre comment ce dernier a pu se retrouver parmi les victimes, Samuel va questionner l'ancienne compagne du tueur. Mais en plongeant dans l'histoire de ce couple lié par la terreur et le sang, il se verra contraint d'affronter un fauve surgi de son propre passé.


« Blanc d'os » Ronald Malfi (Seuil, cadre noir, en librairie à partir du 11 février).  Chaque année en Alaska, plus de deux mille personnes sont déclarées disparues, soit plus du double de la moyenne nationale. Perdue dans les bois, la petite ville de Dread’s Hand n’apparaît sur aucune carte. Quand un charnier y est découvert, faisant les gros titres des journaux, le sang de Paul se fige : c’est le dernier endroit où son frère jumeau a été localisé avant de disparaître, il y a un an. Tandis que les premiers corps sont exhumés, Paul s’envole pour l’Alaska et s'installe dans l’unique pension de la ville. Mais à Dread’s Hand, le mystère s’épaissit, le silence est loi et les superstitions anciennes pèsent comme un tombeau. On raconte qu’une présence obscure rôde dans l’ombre de la forêt. Décidé à retrouver la trace de Danny, Paul va apprendre à ses dépens que certains secrets ne devraient jamais être déterrés…

«  Kasso  » Jacky Schwartzmann ( Seuil, cadre noir, en librairie ) . Après des années d’absence, Jacky Toudic est de retour à Besançon pour s’occuper de sa mère malade d’Alzheimer. Les vieux souvenirs et copains resurgissent. Les vieux travers aussi. En effet Jacky ne gagne pas sa vie comme les honnêtes gens. Son métier : faire Mathieu Kassovitz. Car Jacky est son sosie parfait, et vu que Jacky est escroc, ça fait un bon combo. Depuis des années, se faisant passer pour l’acteur, il monte des arnaques très lucratives. Ce retour au bercail pourrait être l’occasion de se mettre au vert, mais c’est compter sans sa rencontre avec la volcanique Zoé, avocate aux dents longues, qui en a décidé autrement.

« Memory » Arnaud Delalande ( Cherche midi , en librairie ) Au cœur de Memory, une clinique spécialisée perdue dans la montagne et la forêt, un patient est retrouvé pendu. Un suicide qui a tout l’air d’un meurtre déguisé : huit personnes ont assisté à la scène.  Un homme mort. Huit témoins. Un huis clos. La combinaison parfaite pour une enquête vite résolue… C’est sans compter sur l’amnésie bien particulière dont souffrent les résidents : leur mémoire n’excède pas six minutes. Ils ont vu, mais ils ne se souviennent pas. En plein deuil de son père adoptif, Jeanne Ricœur, jeune inspectrice de police, hérite de cette affaire impossible. Elle découvre une communauté à part, celle d’étranges victimes de la vie à la mémoire brisée, au quotidien hanté de post-it et de mémos. Tandis qu’elle essaie désespérément de reconstituer le puzzle du drame, ses propres démons refont surface…


A l'occasion de la sortie de «  De la face nord du coeur », Folio Policier ressort la trilogie de Baztan ( en poche , en librairie le 28 janvier.

«  La face nord du coeur» Dolores Redondo (Série noire Gallimard ) Amaia Salazar, détachée de la Police forale de Navarre, suit une formation de profileuse au siège du FBI dans le cadre d’un échange avec Europol. L’intuition singulière et la perspicacité dont elle fait preuve conduisent l’agent Dupree à l’intégrer à son équipe, lancée sur les traces d’un tueur en série recherché pour plusieurs meurtres de familles entières. Alors que l’ouragan Katrina dévaste le sud des États-Unis, l’étau se resserre autour de celui qu’ils ont surnommé le Compositeur. La Nouvelle-Orléans, dévastée et engloutie par les eaux, est un cadre idéal pour ce tueur insaisissable qui frappe toujours à la faveur de grandes catastrophes naturelles.


   

« Le gardien invisible » Au Pays basque, sur les berges du Baztán, le corps dénudé et meurtri d’une jeune fille est retrouvé, les poils d’un animal éparpillés sur elle. La légende raconte que dans la forêt vit le basajaun, une étrange créature mi-ours, mi-homme… L’inspectrice Amaia Salazar, rompue aux techniques d’investigation les plus modernes, revient dans cette vallée dont elle est originaire pour mener à bien cette enquête qui mêle superstitions ancestrales, meurtres en série et blessures d’enfance.

«De chair et d'os » À travers le Pays basque, dans la vallée du Baztán, des églises sont profanées. Alors qu’elle vient de donner naissance à son enfant, l'inspectrice Amaia Salazar est chargée d’enquêter discrètement sur cette affaire. Avec son équipe, elle doit aussi s’occuper d’une série de crimes conjugaux qui ont tous en commun d’horribles mutilations. Á chaque fois, le meurtrier s’est suicidé en laissant derrière lui une étrange inscription : TARTTALO.

« Une offrande à la tempête » Dans la vallée de Baztán, une petite fille décède étouffée dans son berceau. Alors que la police soupçonne le père d’être impliqué, la grand-mère attribue ce meurtre au génie maléfique Inguma, issu de la mythologie basque. Rapidement, cet étrange décès lève le voile sur une série de morts subites de nourrissons suspectes. L’inspectrice Amaia Salazar décide de se consacrer entièrement à cette nouvelle enquête, entre légendes mystiques et meurtres barbares, au risque de mettre de côté son rôle d’épouse et de mère.


  Un amour d'Arsène Lupin  Solovki   


«  Les jardins d'Eden» Pierre Pelot (Série noire Gallimard , en librairie ) Jip Sand est revenu de tout et surtout d’un sale cancer. Il est aussi revenu à Paradis, dans la ville et la maison de son enfance, pour se requinquer et retrouver sa fille, Annie dite Na, qui semble avoir disparu depuis plusieurs mois. Paradis, sa clinique privée, ses eaux thermales et ses Jardins d’Éden. Mais aussi Charapak, l’envers du décor, la casse des Manouches, et le corps à moitié dévoré de Manuella, l’amie de Na, retrouvé dans les bois quelques années plus tôt. Ce que Jip n’a pas cherché à élucider à l’époque, il veut le comprendre aujourd’hui. Pour Na. Pour savoir ce qui lui est arrivé. Mais il y a des vérités plus mortelles que des maladies...

« Un amour d'Arsène Lupin » Frédéric Lenormand » ( Le masque Poche , en librairie le 27 janvier). 1905. Le dernier coup d'Arsène Lupin s'est terminé sur un drame : Jacinthe, l'une de ses complices, a été étranglée avec une des cravates du gentleman cambrioleur, si bien que les journaux titrent le lendemain : "Lupin assassin ! " Décidé à laver son honneur, il se lance à la recherche du véritable meurtrier, dont la piste le mène à une clinique psychiatrique pour gens fortunés. Il ne reste plus à Lupin qu'à se faire interner pour essayer de trier les fous et les assassins, qui sont parfois les mêmes. Tandis que son adversaire se révèle doué d'une intelligence machiavélique et que les cadavres s'accumulent, Lupin ne renonce à aucun de ses talents de manipulateur pour venger Jacinthe. Mais il rencontre le seul obstacle auquel il ne s'attendait pas : il tombe amoureux d'une infirmière...

« Solovki » Claudio Giunta .( Le masque poche ) La mer Blanche est d'un noir effrayant, qui se mélange à celui du ciel. Un vent glacial s'introduit dans les fissures des bateaux, dans les maisons, jusque dans le coeur des hommes. Au milieu de cette masse sombre, les îles Solovki, ancien goulag soviétique, sont plongées dans la brume. C'est là que sont partis trois amis florentins pour restaurer un monastère. De là aussi qu'ils ne sont jamais revenus. Alessandro Capace, journaliste pigiste et écrivain raté, est envoyé sur place par son employeur, qui lui réclame " du mystère et du sang " pour alimenter l'attention des lecteurs. Mais plus ses recherches avancent, plus les îles Solovki, insondables et dangereuses, lui semblent receler un mal atavique.

«La bête en cage » » Nicolas Leclerc ( Seuil) Samuel, éleveur laitier du Jura, accumule les dettes. Sa seule échappatoire : s'associer avec son oncle et son cousin qui font passer de la drogue de la Suisse à la France pour le compte d'un réseau de trafiquants kosovars. Mais le soir d'une importante livraison, rien ne se passe comme prévu : le cousin n'arrivera jamais jusqu'à la ferme de Samuel. Lancés à sa recherche dans la montagne enneigée, l'agriculteur et son oncle le découvrent mort au volant de sa voiture précipitée dans un ravin. Et le chargement de drogue s'est volatilisé… La paisible vallée engourdie par le froid polaire va bientôt s’embraser.


  Ecotopia - Ernest Callenbach - Folio SF  Son Espionne royale et les douze crimes de Noël - Tome 6 

«  Dans l'ombre du loup » Olivier Merle ( Xo, en librairie le 21 janvier ) Un flic pas comme les autres qui avance, pas à pas, dans l’ombre du loup… A Rennes, l’officier de police Hubert Grimm affronte une affaire obsédante : un notable, M. Kerdegat, personnage désagréable et méprisant, reçoit coups de téléphone et lettres anonymes. Il y a aussi cet homme en scooter qui semble traquer les moindres faits et gestes du chef d’entreprise.Jusqu’au jour où l’employée de maison des Kerdegat tombe, devant la demeure familiale, sur un corps découpé en morceaux. La tête du cadavre est introuvable… Cette fois, l’enquête prend un tour terrifiant. Hubert Grimm découvre les ramifications de ce qui n’était, au départ, qu’une sale histoire de corbeau : un club sadomasochiste, des messages codés, des mises en scène morbides. Et une famille décimée.

« Ecotopia » Ernest Callenbach. ( Folio SF). Trois États de la côte ouest des États-Unis — la Californie, l’Oregon et l’État de Washington — décident de faire sécession et de construire, dans un isolement total, une société écologique radicale, baptisée Écotopia. Vingt ans après, l’heure est à la reprise des liaisons diplomatiques entre les deux pays. Pour la première fois, Écotopia ouvre ses frontières à un journaliste américain, William Weston.Au fil des articles envoyés au Times-Post, il décrit tous les aspects de la société écotopienne : les femmes au pouvoir, l’autogestion, la décentralisation, les vingt heures de travail hebdomadaire et le recyclage systématique. D’abord sceptique, voire cynique, William Weston vit une profonde transformation intérieure. Son histoire d’amour intense avec une Écotopienne va le placer devant un dilemme crucial : choisir entre deux mondes.

« Son espionne royale et les douze crimes de Noël » Rhuys Bowen. ( Robert Laffont) Écosse, 1933. Tandis que son cher Darcy se la coule douce en Amérique du Sud pour les fêtes de fin d’année, et que sa mère s’est réfugiée dans le hameau perdu de Tiddleton-under-Lovey en compagnie du drolatique dramaturge Noel Coward, Georgie, elle, se retrouve coincée au château de Rannoch suite à une tempête de neige. C’est donc pour elle un miracle de Noël lorsqu’on fait appel à ses services pour animer une sauterie entre aristocrates à Tiddleton. Ce paisible village tout droit sorti des pages du Chant de Noël de Dickens connaît hélas une succession de tragiques événements : après qu’un enquiquineur du coin s’est cassé le cou en tombant d’un arbre, deux autres soi-disant accidents font deux nouvelles victimes…

« L'eau rouge » Jurica Pavicic.( Editions Agullo noir, en librairie le 11 mars ) L'Eau rouge déploie dans une grande fresque les bouleversements de la société croate : chute du communisme, guerre civile, effondrement de l'économie et de l'industrie, investissements étrangers et corruption... Ou comment les traumatismes de l'Histoire forgent les destins individuels. Dans un bourg de la côte dalmate, en Croatie, Silva, une jeune fille de 17 ans, disparaît à l'occasion de la fête des pêcheurs. Nous sommes un samedi de septembre 1989, dans la Yougoslavie agonisante. L'enquête policière menée par l'inspecteur Gorki Šain fait émerger un portrait de Silva plus complexe que ne le croyait sa famille : celui d'une lycéenne scolarisée à Split, la capitale dalmate, touchant à la drogue et revendant de l'héroïne pour le compte d'un dealer nommé Cvitko. Et puis il y a ce témoin de dernière minute, qui prétend avoir vu Silva, le lendemain matin de sa disparition, prenant un billet de car pour l'étranger... Mais l'Histoire est en marche, le régime de Tito s'effondre, et le nouveau pouvoir lance une chasse aux sorcières qui n'épargne pas les forces de l'ordre : l'inspecteur Gorki Šain est poussé à la démission et l'affaire, classée. Seule la famille de Silva poursuit obstinément les recherches...


L'affaire Magritte par Coppers   La Conspiration Vatican


«  L 'affaire Magritte » Toni Coppers ( Éditions diagonales, parution le 12 février) . Alors que son héros, l’ex-enquêteur Alex Berger, lutte contre ses démons personnels, une étrange série de meurtres se déroule entre Paris et Bruxelles. Sur les lieux du crime, on retrouve chaque fois ce mystérieux message : Ceci n’est pas un suicide. 

«  L’Ennemie invisible » Christian Jacq. ( Editions XO, en librairie le 21 janvier) Au pays de Galles, dans un laboratoire ultra-sensible, on recherche un vaccin universel en utilisant des virus hautement contagieux. Or un laborantin – employé parallèlement par le MI5, les services secrets britanniques – est convaincu qu’un savant fou s’apprête à dérober des éprouvettes contenant les virus. S’il les répand dans la nature, une pandémie tuera des millions de gens ! Problème : l’agent du MI5 est rapidement assassiné. Une taupe se terre forcément dans le laboratoire. Parmi les suspects possibles : un Américain, un Chinois, un Russe, un Français, un Allemand et une Indienne. Dans ce petit comité se cache un monstre que l’ex-inspecteur Higgins doit identifier au plus vite…

«  La conspiration du Vatican » Ernest Dempsey ( Editions du cherche midi, en librairie)1798 : Alors que ses armées viennent d’envahir l’île de Malte, Bonaparte entre dans la cathédrale de La Valette gardée par l’ordre des Chevaliers hospitaliers de Saint-Jean. Son objectif : mettre la main sur une mystérieuse relique, confiée à l’Ordre lors de sa fondation.  
2019 : Après avoir découvert dans les archives secrètes de la bibliothèque du Vatican une lettre signée de la main de Napoléon, un cardinal est assassiné. L’Église soupçonne une branche clandestine des Chevaliers teutoniques, ordre officiellement dissous en 1805. Le Vatican engage alors Sean Wyatt, ex-agent secret, pour remonter la piste du « secret Napoléon ». Celui-ci va devoir reconstituer un puzzle passionnant, à travers les arcanes de l’Histoire de France et de l’Église.


«  La république des faibles » Gwenael Bulteau. ( La manufacture des livres, en librairie le 4 février. Le 1er janvier 1898, un chiffonnier découvre le corps d’un enfant sur les pentes de la Croix Rousse. Très vite, on identifie un gamin des quartiers populaires que ses parents recherchaient depuis plusieurs semaines en vain. Le commissaire Jules Soubielle est chargé de l’enquête dans ce Lyon soumis à de fortes tensions à la veille des élections. S’élèvent les voix d’un nationalisme déchaîne, d’un antisémitisme exacerbé par l’affaire Dreyfus et d’un socialisme naissant. Dans le bruissement confus de cette fin de siècle, il faudra à la police pénétrer dans l’intimité de ces ouvriers et petits commerçants, entendre la voix de leurs femmes et de leurs enfants pour révéler les failles de cette république qui clame pourtant qu’elle est là pour défendre les faibles.

Le Cinquième Coeur   Les Détectives du Yorkshire - Tome 6 : Rendez-vous avec la ruse


« Le cinquième cœur» Dan Simmons. (Robert Laffont) Par une nuit parisienne pluvieuse de mars 1893, Henry James, le célèbre écrivain américain, est sur le point de se jeter dans la Seine lorsqu’un homme l’en empêche. James le reconnaît : c’est Sherlock Holmes. Étrange, car il est censé avoir trouvé la mort deux ans plus tôt dans les chutes du Reichenbach. Le fameux détective se fait passer pour Jan Sigerson, un explorateur norvégien, et enquête sur le suicide d’une Américaine, Marian Hooper Adams, survenu quelques années plus tôt. Depuis, à chaque date anniversaire de sa mort, cinq personnes reçoivent une carte ornée de cinq petits coeurs et portant le message suivant : « Elle a été assassinée. » Elles appartiennent au « Cinq de Coeur », une société obscure qui prône la culture. Henry James accepte, malgré lui, d’accompagner Holmes à Washington et de l’aider dans son enquête.


«  Manaus » Dominique Forma. ( La manufacture des livres). D’abord, il doit passer inaperçu parmi l’escorte qui accompagne de Gaulle en Argentine. Une fois sur place, accomplir sa mission. Simplement, efficacement, sans poser de question. Trouver le contact, approcher la cible, l’éliminer. Puis, toujours invisible, retourner en France. C’est alors qu’on lui annonce que sa route passera finalement par Manaus où l’on a besoin de lui. Dans cette ville brésilienne spéculent les anciens partisans de l’Algérie française en exil, des nazis ayant fui la chute de leur monde, les chefs des cartels de drogue latinos... Là, il devra seconder un français lors de négociations troubles. Mais cet homme qu’il retrouve à Manaus n’est pas un inconnu. C’est au contraire le dérangeant témoin d’un passé qu’il aurait aimé oublier...


« Rendez vous avec la ruse  » Julia Chapman (Robert Laffon). Enquêter sur un adultère ? Ce n’est pas vraiment le rêve de Samson et Delilah, les détectives de l’Agence de Recherche des Vallons. Seulement voilà, la demande vient de Nancy Taylor, une femme charmante à laquelle on ne peut rien refuser. L’infidèle, quant à lui, est le maire, mais aussi un respectable entrepreneur et l’ex-beau-père de Delilah. Diable ! Le duo va devoir marcher sur des oeufs... Or Samson et Delilah découvrent qu’une affaire peut en cacher une autre. Et que ruses, fourberies ou tromperies sont bien plus présentes à Bruncliffe qu’ils ne le croyaient.


L'Echo des promesses  Tu me manqueras demain par Bakkeid  La Chute de la maison Whyte - Grand Prix des Enquêteurs 2020 



« L'écho des promesses »  Mélanie Levensohn. ( Fleuve éditions) Paris 1940 : Dans la Ville lumière, sous l’occupation allemande, Christian, le fils d’un banquier est amoureux de Judith, une jeune étudiante juive. Le jeune couple envisage de fuir, mais soudain Judith disparaît sans laisser aucune trace... Montréal, 1982 : peu avant sa mort, Lica Grunberg confesse à sa fille, Jacobina, qu’elle a une demi-sœur issue d’une relation précédente. Dans les tumultes de la guerre, Lica a cependant perdu tout contact avec sa fille aînée, un abandon qu’il a regretté toute sa vie. Sa dernière volonté : que Jacobina retrouve sa demi-sœur et récrée ce lien que son père a brisé à jamais. Washington DC, 2006 : Béatrice, la quarantaine, en poste à la banque mondiale, cherche de plus en plus un sens à sa vie. Quand elle rencontre une vieille dame, grâce à une association qui vient en aide aux personnes démunies, elle n’imagine pas combien sa vie va changer. Car elle va être confrontée à une demande particulière : aider à tenir une promesse…


«  Tu me manqueras demain » Heine Bakkeid. ( Les arènes, Equinox). Ancien enquêteur de la police des polices, Thorkild Aske vient de sortir de prison. Il a mal au ventre et les canaux lacrymaux détruits. L’agence pour l’emploi lui laisse entrevoir un brillant avenir d’intérimaire dans un centre d’appels.  Son psychiatre lui parle de la disparition d’un jeune homme, le fils d’un couple d’amis, qui s’est rendu sur une île pour rénover un phare et le transformer en hôtel. À contrecœur, Thorkild accepte de partir à sa recherche. Dans l’extrême Nord, les tempêtes d’automne font rage, et on dit qu’en cette saison il n’est pas rare de voir des êtres surnaturels voguer sur l’eau. Sur l’îlot du phare battu par les vents et les brisants, Thorkild s’aperçoit bientôt qu’il n’est pas seul. 


« La chutte de maison Whyte »  » Katerina Autet (Robert Laffont). Cape Cod, ses belles villas aux bardages de bois, ses millionnaires discrets qui par-dessus tout ont peur du scandale... Mais, justement, le scandale fait vendre. Bien qu’elle s’en défende, c’est ce qu’Edith Whyte a en tête lorsqu’elle publie un livre accusant son célèbre père, grand patron des arts, de crimes inimaginables. Père et fille n’ont pas le temps de s’expliquer : William Whyte est retrouvé assassiné et le frère d’Edith est accusé du meurtre. Tandis que la famille se déchire, la bonne société bruit des rumeurs les plus folles…


«  Le dernier message » Nicolas Beuglet ( XO) : Île d’Iona, à l’ouest de l’écosse. Des plaines d’herbes brunes parsemées de roches noires. Et au bout du « Chemin des morts », la silhouette grise du monastère. Derrière ces murs suppliciés par le vent, un pensionnaire vient d’être retrouvé assassiné. Son corps mutilé de la plus étrange des façons. C’est l’inspectrice écossaise Grace Campbell qui est chargée de l’enquête. Après un an de mise à l’écart, elle joue sa carrière, elle le sait. Sous une pluie battante, Grace pousse la lourde porte du monastère. Elle affronte les regards fuyants des cinq moines présents. De la victime, ils ne connaissent que le nom, Anton. Tous savent, en revanche, qu’il possédait un cabinet de travail secret aménagé dans les murs. Un cabinet constellé de formules savantes… Que cherchait Anton ? Pourquoi l’avoir éliminé avec une telle sauvagerie ? Alors qu’elle tente encore de retrouver confiance en elle, Grace ignore que la résolution d’une des énigmes les plus vertigineuses de l’humanité repose tout entière sur ses épaules…


     


« L'ange rouge »François Médéline. ( la manufacture des livres , en librairie le 1er octobre) À la nuit tombée, un radeau entre dans Lyon porté par les eaux noires de la Saône. Sur l’embarcation,  des torches enflammées, une croix de bois, un corps mutilé et orné d’un délicat dessin d’orchidée. Le crucifié de la Sâone, macabre et fantasmatique mise en scène, devient le défi du commandant Alain Dubak et de son équipe de la police criminelle. Six enquêteurs face à l’affaire la plus spectaculaire qu’ait connu la ville, soumis à l’excitation des médias, acculés par leur hiérarchie à trouver des réponses. S’engage alors une course contre la montre pour stopper un tueur qui les contraindra à aller à l’encontre de toutes les règles et de leurs convictions les plus profondes.


«  Le réveil de la bête » Jacques Moulins. ( éditions Série Noire Gallimard, en vente le 10 septembre) Pour le commandant Deniz Salvère, de la direction antiterroriste d’Europol, une nouvelle menace plane sur l’Europe. Selon ses informateurs, un mouvement d’ultra droite projette une série d’actions violentes partout sur le continent. Quand une de ses sources est retrouvée égorgée dans son appartement parisien, Deniz se saisit de l’enquête dans l’espoir de mettre au jour les ramifications du réseau ultranationaliste que la jeune femme avait infiltré.

«  Que le diable l' emporte » Christian Jacq ( Éditions XO en vente le 10 septembre).  L’homme qui invite Higgins à déjeuner est décidément très étrange. Il s’appelle Squale et révèle à l’ex-inspecteur-chef qu’il a commis un crime parfait. Il propose même de lui livrer des informations très précises sur d’autres forfaits, mais à une seule condition : que Higgins ne les partage en aucun cas avec Scotland Yard. Provocation ou forfanterie ? Higgins donne sa parole et vérifie les dires de Squale. L’assassin n’a pas menti. Une longue liste de meurtres débute.



 

«  Ici finit le monde occidental » Matthieu Goussef. ( La manufacture de livres, en librairie le 3 septembre ).

À Brest, Atlantest est un laboratoire pharmaceutique mystérieux. Au sein du bâtiment B2, des tests sont organisés en partenariat avec l’armée pour mettre au point un nouveau patch contre la fièvre et d’autres substances aux finalités moins louables. Mais la tête de cette entreprise, Thierry Lorentz a fui. Et avant de disparaître, il s’en est pris au ministre de l’Économie et au secrétaire général d’un grand syndicat. Maintenant nombreux sont ceux prêts à tout pour mettre la main sur lui.


«  Ce qu'il faut de nuit » Laurent Petitmangin. ( La manufacture de livres , en librairie le 20 aout). C'est l'histoire d'un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choisissent ce qui a de l'importance à leurs yeux, ceux qu'ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C'est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le cœur de trois hommes.


© 2021